allécher


allécher

allécher [ aleʃe ] v. tr. <conjug. : 6>
XII e; lat. pop. °allecticare, class. allectare
Attirer en flattant les sens, par la promesse de quelque plaisir. appâter. « Maître Renard, par l'odeur alléché » (La Fontaine).
Fig. Attirer, tenter. « Afin d'allécher les lecteurs » (A. Gide).
⊗ CONTR. 1. Repousser.

allécher verbe transitif (latin populaire allecticare, latin classique allectare, attirer) Attirer quelqu'un, lui faire envie en flattant son goût, son odorat : Une odeur les avait alléchés. Attirer quelqu'un en lui laissant espérer quelque chose d'agréable, de profitable ; séduire : Des promesses fallacieuses ont alléché les badauds.allécher (difficultés) verbe transitif (latin populaire allecticare, latin classique allectare, attirer) Conjugaison Comme lécher. Attention à l'accent, tantôt grave, tantôt aigu : ce fumet l'allèche, l'alléchera. ● allécher (synonymes) verbe transitif (latin populaire allecticare, latin classique allectare, attirer) Attirer quelqu'un, lui faire envie en flattant son goÛt, son...
Synonymes :
- appâter
Contraires :
- dégoûter
- écoeurer
- répugner
Attirer quelqu'un en lui laissant espérer quelque chose d'agréable, de profitable ;...
Synonymes :
- appâter
- séduire
Contraires :
- éloigner

allécher
v. tr. Attirer par quelque appât qui met les sens en éveil. Syn. appâter.
|| Fig. Attirer par l'espoir d'un plaisir ou d'un avantage. Syn. séduire.

⇒ALLÉCHER, verbe trans.
Exercer un attrait presque irrésistible.
A.— [L'attrait est de nature physique]
1. [Le suj. ou l'agent désignent une chose appétissante] Attirer en flattant le goût, l'odorat... :
1. À dîner, Delzeuze; le soir, Chéruel et sa femme, Percot. Delzeuze a perdu d'abord l'abbé Lassave, puis son chien, alléché par la cuisine des voisins.
J. MICHELET, Journal, juin 1842, p. 408.
2. ... un nombre infini de volailles périssent sacrifiées à l'intérêt public, et, comme l'estomac est la route du cœur, des bouteilles vénérables, tirées de leurs toiles d'araignée, viennent allécher chaque samedi une foule inusitée de convives.
H. TAINE, Notes sur Paris, Vie et opinions de Monsieur Frédéric-Thomas Graindorge, 1867, p. 164.
2. [Le suj. désigne une pers.] Attirer par une chose appétissante :
3. Enfin la contre-maître (...) dit à la mère (...) qu'on aurait bien soin de l'enfant, qu'elle pourrait l'amener tous les matins, et venir la chercher tous les soirs. La pauvre femme murmura : Pauline, dis merci aux dames; — mais Pauline avait pris peur et se cachait la tête dans les jupes de sa mère. — Alors, pendant qu'une ouvrière l'alléchait avec un morceau de sucre, la femme s'en fut doucement, la tête baissée, bégayant des mercis, avalant ses larmes.
J.-K. HUYSMANS, Les Sœurs Vatard, 1879, pp. 169-170.
B.— Au fig. Attirer et séduire quelqu'un :
4. Amolli par la crainte, alléché par l'espoir, encouragé d'ailleurs par l'apparente bonhomie sous laquelle le vieux serpent cachait ses perfides desseins, le marquis se laissa aller à des épanchements exagérés.
J. SANDEAU, Mademoiselle de la Seiglière, 1848, p. 205.
5. À trois kilomètres de Saint-Pierre, dans l'intérieur des terres, il avait une sorte de manoir où il donnait une fois dans la saison une réception peu coûteuse mais originale, car il y mêlait les propriétaires anciens dans le pays à ceux qui étaient plus récents, ce qui effarait et alléchait tout le monde.
P. DRIEU LA ROCHELLE, Rêveuse bourgeoisie, 1939, p. 34.
Prononc. ET ORTH. — 1. Forme phon. :[] ou [all-], j'allèche [(l)]. WARN. 1968 transcrit [ll], l double. Harrap's 1963 et Pt ROB. donnent seulement la possibilité d'une prononc. avec [ll]. DUB. et Pt Lar. 1968 notent [l] simple. Pour les mots commençant par all-, FOUCHÉ Prononc. 1959, p. 306 écrit : ,,on prononce [ll] dans les mots français suivants : allécher, allège, alléger, allégir, allégorie, allègre, alléguer, allitération, allocation, allocution, allodial, allopathe (et autres composés de allo-), allotir, allotissement, alluchon, allusif, allusion, alluvial, alluvien, alluvion``. PASSY 1914 donne la possibilité de prononcer la 2e syllabe du mot avec [] ouvert : [--]. Enq. :/ale2 /. Conjug. parler. 2. Dér. : alléchant, allèchement. Cf. lécher. 3. Forme graph. — Pour l'alternance [e]/[] de la voyelle finale du rad. et pour la répartition des graph. é/è, cf. abréger. 4. Hist. — Les dict. de la fin du XVIIIe s. et du XIXe s. transcrivent le mot avec [l] simple. FÉR. Crit. t. 1 1787 précise : ,,on ne prononce qu'une l : on ne devrait en écrire qu'une``. Seul FÉL. 1851 transcrit l' c.-à-d. [l] long ou [ll] double.
Étymol. ET HIST. — Ca 1175 trans. « attirer qqn par qqc. d'appétissant ou de séduisant » (Ren., 6577-78, éd. M. Roques : [...] nos i avons grant pechié qui tant l'i avons alechié); 1495 part. prés. adj. alléchant (J. DE VIGNAY, Mir. hist., 30, 141, éd. 1531 ds QUEM. t. 1 1959 : Or soyent donc ostees ces choses alechantes des sens corporelz); XIVe s. pronom. « se délecter » (Vers de Job, Ars. 3142, f° 171c ds GDF. : Et aussi se puet alechier li povres en povre viande). — XVIe s., Ronsard ds LITTRÉ.
Prob. du lat. pop. (Horning ds Z. rom. Philol., t. 9, 1885, pp. 140-141; G. Paris ds Romania, t. 15, p. 628), dér. du lat. class. allectare (attesté dep. CICÉRON, Cato, 57 ds TLL, 1661, 57 au sens de « attirer, engager » : ad quem [agrum] fruendum non modo non retardat, verum etiam invitat atque adlectat senectus) fréquentatif de « attirer ». — L'étymon allicicare (autre dér. ) auquel FEW t. 1, s.v. allecticare rattache le sarde allicare, demeure possible, bien que le type allecticare soit appuyé par l'ital. alletare, issu du fréquentatif lat. allectare (REW3, s.v. allectare). À remarquer que l'esp. alechigar « adoucir » XIIIe s. que FEW rattache à allecticare est d'apr. COR., s.v. lecto, un dér. de lecho « lit », lechiga. — L'hyp. d'un croisement entre adlectare et — soit gallo rom. leccare « lécher » (EWFS2) — soit l'a. fr. lechier < « id. » (REW) n'est pas satisfaisante sur le plan sém. et constitue un détour inutile, l'étymon rendant bien compte du sens de l'a. fr. Le rapprochement avec lécher constitue seulement une étymol. seconde. L'étymon ad ligicare, fréquentatif de lingere « lécher » (Regula ds Z. rom. Philol., t. 43, 2-3) est moins satisfaisant du point de vue sém.
STAT. — Fréq. abs. litt. :94.
BBG. — BAILLY (R.) 1969 [1946]. — BAR 1960. — BÉL. 1957. — BÉNAC 1956. — BOISS.8. — BRUANT 1901. — CAPUT 1969. — DUP. 1961. — REGULA (M.). Etymologica. In : [Mélanges Gamillscheg (E.)]. München, 1968, p. 484.

allécher [aleʃe] v. tr. [CONJUG. céder.]
ÉTYM. V. 1175, au sens 2.; du lat. pop. allecticare, lat. class. allectare « attirer ».
1 Attirer en flattant les sens (le goût, l'odorat), par la promesse d'un plaisir, notamment gustatif. Appâter.
1 Maître Renard, par l'odeur alléché,
Lui tint à peu près ce langage.
La Fontaine, Fables, I, 2.
1.1 « Ils n'ont qu'à aller ailleurs », disait Mme Laudet qui ne faisait rien pour allécher le client, lui rendant plutôt l'entrée de la ferme difficile et écartant tous ceux pour qui leurs prétentions à l'absinthe (…) lui inspiraient une méfiance qu'elle exprimait longuement à ses vieux clients (…)
Proust, Jean Santeuil, Pl., p. 352.
2 Fig. Attirer, tenter. || Allécher qqn par de belles promesses. Aguicher, gagner, séduire. || Être alléché par des espoirs trompeurs.
——————
alléché, ée p. p. adj.
|| Des convives alléchés.Clients alléchés par la publicité.
2 Enfant encore, et livré à moi-même, alléché par des caresses, séduit par la vanité, leurré par l'espérance, forcé par la nécessité, je (…)
Rousseau, Rêveries…, 3e promenade.
CONTR. Écœurer, éloigner, repousser.
DÉR. Alléchant, allèchement.

Encyclopédie Universelle. 2012.

Regardez d'autres dictionnaires:

  • allecher — ALLECHER. v. act. Attirer à soy par des appasts, par quelque chose qui flatte les sens, il ne se dit qu au figuré. Un avare se laisse facilement allecher au lucre. on alleche les enfans avec des friandises. Il vieillit …   Dictionnaire de l'Académie française

  • allécher — ALLÉCHER.v. actif. Attirer par le plaisir, par la douceur, par la séduction, etc. Alléché, ée. participe …   Dictionnaire de l'Académie Française 1798

  • allécher — (a lé ché ; la syllabe lé prend l accent grave quand suit une syllabe muette : j allèche, excepté aux fut. et cond.) v. a. 1°   Attirer par quelque appât. Les noix allèchent les souris. 2°   Fig. Attirer, séduire. On l avait alléché par la… …   Dictionnaire de la Langue Française d'Émile Littré

  • ALLÉCHER — v. a. ( J allèche, J allécherai. ) Attirer par quelque appât. On allèche les souris avec du lard, avec des noix.   Il est plus en usage au figuré ; et alors il signifie, Attirer par le plaisir, par l espérance, par la séduction, etc. On l avait… …   Dictionnaire de l'Academie Francaise, 7eme edition (1835)

  • ALLÉCHER — v. tr. Attirer par quelque appât. On allèche les souris avec du lard, avec des noix. Il s’emploie plus souvent au figuré et signifie Attirer par le plaisir, par l’espérance, par la séduction, etc. On l’avait alléché par la promesse d’une grande… …   Dictionnaire de l'Academie Francaise, 8eme edition (1935)

  • allécher — vt. : alèshî (Villards Thônes) ; atrî <attirer> (Albanais) …   Dictionnaire Français-Savoyard

  • appâter — [ apate ] v. tr. <conjug. : 1> • appaster 1530 « nourrir, engraisser (les oiseaux) »; lat. pastus, avec infl. de apaistre « repaître » 1 ♦ Attirer avec un appât. Appâter des oiseaux, des poissons. ⇒ affriander, allécher, amorcer, attirer. 2 …   Encyclopédie Universelle

  • allèchement — ● allèchement nom masculin Littéraire. Action d allécher ; ce qui attire et flatte. ● allèchement (synonymes) nom masculin Littéraire. Action d allécher ; ce qui attire et flatte. Synonymes : amorce appât attraction …   Encyclopédie Universelle

  • attirer — [ atire ] v. tr. <conjug. : 1> • 1534; a remplacé l a. fr. attraire; de 1. a et tirer 1 ♦ Tirer, faire venir à soi par une action matérielle, ou en exerçant une force. L aimant attire le fer. Machine qui attire les fluides en faisant le… …   Encyclopédie Universelle

  • tenter — [ tɑ̃te ] v. tr. <conjug. : 1> • 1250 « sonder une plaie »; 1120 tenter Dieu; lat. temptare, confondu avec tentare « agiter », fréquent. de tendere « tendre » 1 ♦ Vx Faire apparaître par une épreuve la valeur de (qqn). ⇒ éprouver. « Dieu… …   Encyclopédie Universelle